(c)2022 Stéphane Bissières

(c)2022 Stéphane Bissières

(c)2022 Stéphane Bissières

(c)2022 Stéphane Bissières

GRAVITY

Stéphane Bissières - 2022

Installation cinétique et sonore

Microcontrôleurs, électroaimants, billes métalliques

Executive production : CROSSED LAB
 

Gravity is an installation that uses electromagnetism to set in motion metal balls on a light panel. The magnetic field is generated by a matrix of electromagnets whose intensities are individually controlled in real time by an algorithm. The magnetic impulses act as micro gravitations that animate the metal balls. The natural sound of the balls rolling and colliding is amplified. It is diffused in quadraphony so that the spectator finds himself in the center of the sound space and thus increases his perception of the overall movement.

One can see a "micro cosmology" in these broken trajectories, gravitations and collisions of the metal balls like atomic particles submitted to invisible forces. The chaotic individual trajectories contrast with the homogeneity of the whole, whose movement evokes the organic dance of a multitude, disordered and yet uniformly distributed on the surface.

Gravity is a continuation of my previous works (notably the installation Effet de Champ) about tangible representation of data. Through the setting in motion of an inert matter by the digital data, I seek to develop a form of kinetic synthesis, an entropic system that interfaces virtuality to reality to give the spectator a feeling of artificial life.


 

Gravity est une installation qui utilise l’électromagnétisme pour mettre en mouvement des billes de métal sur un panneau lumineux. Le champ magnétique est généré grâce à une matrice d’électroaimants dont les intensités sont contrôlées individuellement et en temps réel par un algorithme. Les impulsions magnétiques agissent comme des micro gravitations. Le son naturel des roulements et collisions est amplifié et diffusé en quadriphonie pour que le spectateur se retrouve au centre de l’espace sonore et augmenter ainsi sa perception du mouvement d’ensemble. 

 

On peut voir une « micro cosmologie » dans ces trajectoires brisées, gravitations et collisions des billes métalliques telles des particules atomiques soumises à des forces invisibles. Les trajectoires individuelles chaotiques contrastent avec l’homogénéité de l’ensemble dont le mouvement évoque la danse organique d’une multitude, désordonnée et pourtant uniformément répartie sur la surface. 

 

Gravity s’inscrit dans la continuité de mes travaux précédents (notamment l’installation Effet de Champ) sur l’électromagnétisme, l’art cinétique, et la représentation tangible de données. A travers la mise en mouvement d’une matière inerte par la donnée numérique, je cherche ici à développer une forme de synthèse cinétique, un système entropique d’interface au réel pour donner au spectateur un sentiment de vie artificielle.